Philips

©REUTERS

2021 a été difficile pour Philips, suite au rappel du DreamStation, axé sur les problèmes respiratoires et qui présentait des défauts. Ce rappel exigé par la FDA américaine a engendré des provisions de 719 mio. USD pour la société spécialisée dans les équipements médicaux, ainsi qu’une baisse des ventes. Rien que pour le pôle Connected Care, auquel appartient le DreamStation, c’était près de 1 mia. EUR en moins de C.A. par rapport à 2020. Pas anodin au vu du C.A. de 19,5 mia. EUR en 2020. Ce dossier a fait perdre 15 mia. EUR de valeur boursière à Philips depuis les premières annonces du rappel.

©REUTERS

Philips s’attend certes à un processus de plusieurs années pour recouvrer ses parts de marché dans ce secteur. Et puis, il y avait aussi la pénurie de composants et la pandémie, qui engendrent des reports dans le placement d’équipement.

Des tendances qui se poursuivront au 1er semestre 2022 pour la société néerlandaise mais elle s’attend à une solide deuxième partie d’année. Certes, la base de comparaison sera plus facile. Ainsi, Philips vise une croissance organique de 3 à 5% du C.A. et une amélioration de 40 à 90 points de base (pb) de sa marge EBITA (12,0% en 2021). Encore en dessous du niveau de 2019 et 2020 (13,2%) mais à plus long terme, Philips vise une amélioration de 60 à 80 pb et une croissance organique de 5 à 6%/an jusqu’en 2025.

Au niveau des catalyseurs de cours, Philips attend, au deuxième trimestre, les résultats de l’étude du programme de remplacement du produit défectueux (déjà plus de 1,5 mio. réparés à ce jour). En cas de bonne nouvelle, le cours pourrait en profiter, comme en décembre dernier lors de l’annonce de résultats provisoires. Cet été, la société fera aussi une mise à jour de ses objectifs à moyen terme. Les investisseurs sceptiques pourraient bien attendre cette mise à jour avant de s’intéresser à nouveau au titre.

Le bilan de Philips est un point fort. A fin 2021, la dette nette n’était que de 4,7 mia. EUR (échéances 2022: 506 mio. EUR). Cela permet de racheter des actions propres (programme de 1,5 mia. EUR en cours) et de verser un dividende optionnel de 0,85 EUR pour 2021. Pour après, la société vise à distribuer 40 à 50% du bénéfice net récurrent.

Après les nombreuses baisses, la valorisation de Philips a considérablement baissé. La société est désormais l’une des moins chères du secteur. La conséquence, certes, de l’incertitude entourant Philips.

Conseil :  A2

Philips connaîtra encore un début d’année compliqué mais devrait se reprendre à partir du second semestre. Le marché doute encore et il faudra peut-être un peu de temps pour le convaincre. Mais cela rend la société intéressante à long terme. Nous relevons le conseil à digne d’achat.