Exor: prêt pour la période des soldes

©DB300186610

Le timing - ‘la mi-2022’ - de la finalisation de la vente de la participation de 100% dans PartnerRe, pour la somme de 9 Mrd USD, pourrait être idéal. Pas un petit montant, car fin 2021 cette filiale de (ré)assurance du holding Exor représentait 24,4% du portefeuille d’investissement. Lors de la signature de la vente, PartnerRE a été valorisé à un ratio cours/valeur comptable de 1,3, tandis que ses pairs Swiss Re et Munich Re se négocient actuellement à peu près à la valeur comptable suite au repli des bourses ces dernières semaines.

©DB300186610

Après cette opération, Exor aura une trésorerie nette d’environ 4,5 Mrd EUR. Non pas que l’influente famille Agnelli recherche un bilan dénué de dettes. Lors de la ‘journée des investisseurs’ de novembre 2021, la direction a annoncé que le ratio d’endettement (= dette nette/portefeuille) ‘doit rester inférieur à 20%’. Fin 2021, il était de 11,4%. N’oublions pas non plus qu’Exor perçoit beaucoup de dividendes de ses filiales. Près d’1 Mrd EUR de prévus pour la période 2022-2024. Des ressources supplémentaires pour investir davantage...

Nous supposons que les fonds qu’Exor collectera seront à nouveau utilisés pour de nouveaux dossiers de rachats (et non pour distribuer des dividendes; depuis longtemps, Exor n’est pas généreux en termes de dividendes). Compte tenu de la belle baisse des bourses, cela pourrait se produire à des conditions plus intéressantes qu’il y a quelques semaines. Nous sommes depuis un certain temps favorables à un nouveau relèvement du plan de rachat d’actions. Depuis le 8 mars 2022, Exor rachète ses propres actions pour 500 Mio EUR. Espérons qu’ils en aient déjà profité, car après le début du conflit ukrainien fin février, le cours d’Exor est brièvement tombé sous les 60 EUR. Nous n’excluons pas un rachat d’actions plus élevé, d’autant plus que la décote s’élève à plus de 40%. C’est beaucoup plus que la ristourne moyenne de 31,9% de la dernière décennie. En novembre 2018, Exor avait lancé un autre programme d’achat car la direction trouvait la décote de... 36% trop élevée.

Exor a déclaré qu’il se focaliserait sur la pharma, le luxe... et la technologie pour de nouveaux investissements. Dans les deux premiers secteurs, il n’y a pas (encore) de hâte compte tenu des valorisations encore solides. Au sein du secteur technologique, où les Agnelli ne sont guère présents pour le moment, Exor pourrait faire de belles affaires dans les semaines/mois à venir.

Conseil :  C+2

Le timing pour toucher ces milliards d’euros joue en faveur d’Exor. Nous pensons que la baisse du cours d’Exor de près d’un cinquième depuis janvier est exagérée, en particulier compte tenu de sa trésorerie nette. Nous augmenterions encore les positions aux cours actuels.