Exor

©DB300186610

Tout comme la société d’investissement  HAL, le holding italien aura un risque d’investissement en 2022. En décembre, Exor a signé la vente définitive de la filiale d’assurance PartnerRe pour 7,8 mia. EUR. Ajoutez à cela le cash existant d’Exor (1,2 mia. EUR) et le holding dispose d’un trésor de guerre de 9 mia. EUR. En fait, la dette brute d’environ 4,5 mia. EUR doit encore en être déduite. Mais avec cette vente, une fois l’opération bouclée mi-2022, Exor sera sans dette. Récemment, Exor avait un ratio d’endettement (dette/valeur du portefeuille) de 12%, supérieur à celui de pairs  tels que GBL et Investor AB

©DB300186610

Que fera déjà certainement Exor? Le holding réduira sa dette brute de 0,5 mia. EUR et rachètera des actions propres pour le même montant. Au cours actuel, cela fait 2,7% du capital. Selon nous, Exor pourrait facilement dépenser le double, d’autant plus que ses propres actions peuvent être achetées à des prix soldés. En effet, la décote par rapport à la valeur intrinsèque est à nouveau élevée à 40,3%. Il y a quelques mois, c’était l’un des principaux arguments pour inclure le titre en sélection d’achat.

Et qu’en est-il du reste des ressources? 

8 mia. EUR, c’est beaucoup d’argent, étant donné que le portefeuille actuel est de 30 mia. EUR. Il n’y a quasi aucune chance qu’Exor augmente ses grosses positions. Exor est d’ailleurs suffisamment investi dans des participations cotées (e.a le secteur automobile). Les holdings avec de nombreuses participations cotées se négocient avec des décotes relativement élevées (e.a. Peugeot Invest et Wendel). 

Cependant, nous voyons Exor utiliser ces ressources pour développer davantage le poste ‘autre’ (voir tableau de la valeur intrinsèque; les chiffres incluent déjà la vente de Partner Re dans le solde de trésorerie). Notamment les participations non cotées. Exor a déjà donné des idées sur les segments ciblés. Il y en a trois:  la santé, le luxe (Exor a payé il y a quelques mois plus de 0,5 mia. EUR pour une participation dans le fabricant de chaussures de luxe Louboutin) et la technologique, un segment où le holding italien est peu présent... et où il pourrait y faire des petites affaires après le récent derating. Le timing de la vente de PartnerRe était ‘en plein dans le mille’. Un accord tout récent avec le fisc italien lui coûte certes 746 mio. EUR.

Conseil :  C+2

Les propriétaires, la famille Agnelli, vit actuellement à nouveau des moments difficiles, vu la décote déjà élevée. Selon nous un rachat substantiel d’actions serait le meilleur choix pour donner au cours le coup de pouce nécessaire. Mais nous surveillons également de nouveaux investissements dans le private-equity. Avec 8 mia. EUR, Exor peut facilement tripler le poste ‘autres’. Prenez une première position pour le long terme.