D'Ieteren

©BELGA

L’action D’Ieteren a atteint un record à 178 EUR à la mi-décembre 2021. Lorsque nous avons repris D’Ieteren en Sélection ‘Valeurs de base’ en novembre 2020 après une baisse du cours, ce dernier ne cotait que 45 EUR. En un peu plus d’un an, l’action a presque quadruplé. Tout cela est dû à l’investissement de la montagne de cash et aux dernières transactions chez Belron, un leader mondial dans la réparation de pare-brise. .

©BELGA
©BELGAIMAGE

Belron profite de l’installation de capteurs dans le pare-brise, qui doivent être ajustés ou calibrés chaque fois qu’un pare-brise est remplacé. Cela génère un chiffre d’affaires et une marge supplémentaires. Les cash-flows supplémentaires ont été largement redistribués aux actionnaires. Cette pépite n’est pas passée inaperçue. En décembre, le groupe de private equity CD&R a cédé une partie de sa participation de 16,8% dans Belron au groupe de private equity Hellman & Friedman, à GIC et à des fonds de BlackRock. Après la dernière transaction de Belron, le PDG de D’Ieteren a annoncé: ‘nous jouons dans la Ligue des champions du marché du private equity’. Certes, à 17 mia. EUR, ou 25 fois l’EV/EBITDA de 2020, la valorisation est presque aussi élevée que la société technologique Microsoft. D’Ieteren détient 50,01% de Belron et en a logiquement profité. Avant l’opération, D’Ieteren a reçu un dividende exceptionnel de 150 mio. EUR de Belron. 

Belron vaut 158 EUR p.a. D’Ieteren aux conditions de la transaction. Cela nous semble excessif. Belron doit investir massivement dans la robotisation cette année. Nous sommes dès lors plus prudents en termes de valorisation (voir tableau). L’installation de robots peut peser sur la disponibilité des centres et entraîner des surcoûts. D’ici 2025, Belron devrait être coté en bourse, où le cours déterminera la vraie valeur.

Ce n’est pas que D’Ieteren ait besoin de vendre des actions Belron supplémentaires. Le groupe est assis sur un paquet d’argent depuis des années. Début octobre, D’Ieteren a décidé d’acheter 40% du belge TVH Parts, spécialiste des pièces détachées pour chariots élévateurs. Cela devient directement un cinquième pilier, mais payé au prix fort de 1,17 mia. EUR, soit 14,6 fois l’EBITDA. Avec Belron et TVH Parts, les activités historiques disparaissent à l’arrière-plan 

Le mauvais achat est celui du fabricant italien de produits d’écriture Moleskine, mais la valeur de cette participation (qui valait autrefois 500 mio. EUR) est désormais négligeable. Là où D’Ieteren peut encore trouver de la valeur, c’est dans l’immobilier. Le garage d’Ixelles va fermer, ce qui signifie que le bien pourra éventuellement être réaffecté. Les bureaux et/ou le résidentiel pourraient rapporter beaucoup d’argent étant situés à proximité de l’avenue Louise. Chez D’Ieteren Auto, les ventes de voitures ont été décevantes en 2021, car les constructeurs automobiles n’ont pas pu livrer suffisamment. Les ventes seront encore affectées en 2022. Entre-temps, D’Ieteren restructure fortement et s’oriente vers la mobilité au sens large (e-vélos, scooters, autos partagées...)..

 

Conseil :  C-2

Le holding familial détient une pépite avec Belron, mais sa valorisation est optimiste. L’achat de 40% dans TVH Parts était également assez coûteux. Ces deux valorisations élevées constituent un risque en période de hausse des taux. D’Ieteren dispose encore d’une belle trésorerie et rachète ses propres actions. Nous abaissons le conseil à ‘réduire progressivement’, mais limitez-vous à une première tranche.