Un vent dans le dos grâce aux taux chez Ageas

©BELGA

La volatilité des résultats est une épine dans le pied des actionnaires d’Ageas. Un premier trimestre très médiocre a été suivi d’un deuxième brillant. L’Asie a très bien performé, tant commercialement avec une forte reprise des ventes en Chine (situation qui se poursuivra au troisième trimestre) qu’en termes de sinistres (faibles en raison des confinements locaux, e.a.). La faiblesse de l’euro a également aidé. Cela permettra au groupe de générer un cash-flow depuis l’Asie d’environ 500 à 550 Mio EUR, alors qu’il y avait des doutes en mai sur l’objectif de 500 Mio EUR. Les activités commerciales en Belgique ont également bien marché. En raison de contrats à long terme avec les partenaires, l’inflation des sinistres ne s’est pas vraiment répercutée sur les résultats, alors que l’inflation a entraîné une indexation des primes. Les primes plus élevées sont une anticipation des coûts supplémentaires des sinistres au second semestre ou en 2023.  

©Ageas
©Photo News

La hausse des taux a eu un impact significatif sur l’augmentation de la solvabilité, mais a aussi affecté la valeur comptable (-23% à 49,1 EUR p.a.). En effet, il y a moins de plus-values ​​‘latentes’ sur le portefeuille obligataire et la valeur du portefeuille d’investissement a baissé de 8%. Les cash-flows des filiales opérationnelles vers la société-mère (743,4 Mio EUR) sont déjà largement supérieurs au dividende annuel (495,4 Mio EUR). 

Ageas s’attend donc à une croissance ‘durable’ de 6 à 8% du dividende annuel jusqu’à la fin de la période du plan stratégique actuel ‘Impact24’. En 2022, Ageas relèvera même le dividende plus rapidement, de 8 à 9%. Nous tablons sur un dividende de 2,9 EUR p.a. Plus de distribution de cash aux actionnaires n’est pas envisagé actuellement. Du fait de l’impact des normes IFRS et des règles de solvabilité pour les assureurs, un programme de rachat est moins pertinent. Le marché avait probablement espéré un nouveau programme de rachat d’actions. De plus, il ne faut pas oublier qu’Ageas connaît une croissance rapide en Asie et par conséquent, les flux de dividendes peuvent être assez volatils dans les années à venir. Le groupe a encore un trésor de guerre de 1,2 Mrd EUR pour d’éventuelles acquisitions, mais ce marché semble s’être considérablement calmé. 

Conseil :  C+2

Ageas est sensible à l’évolution des marchés boursiers mondiaux et des taux, mais a réalisé une excellente performance au deuxième trimestre. La promesse d’une croissance plus rapide du dividende devrait soutenir le titre dans les semaines à venir. Un dividende intérimaire sera versé fin octobre. Les investisseurs qui aiment les actions de rendement peuvent repêcher Ageas.