Gerdau

©ANP

Le secteur de l’acier a connu une forte reprise de la demande cette année (+4,5% au niveau mondial). Une nouvelle croissance est prévue pour 2022. Alors que les valeurs sidérurgiques européennes et américaines ont relativement bien résisté ces derniers mois, leurs pairs sud-américains ont connu une correction de cours (peut-être trop) sensible.

©ANP

Le brésilien Gerdau, premier groupe sidérurgique d’Amérique latine, vit une année historique. Au cours des 9 premiers mois, l’EBITDA et le cash-flow libre ont atteint des niveaux records. La marge EBITDA était de 30,4%, alors qu’elle a fluctué entre 10 et 15% ces 10 dernières années. Le ratio dette nette/EBITDA est retombé à 0,4, le niveau le plus bas en 14 ans. Dans le passé, le rendement dividendaire n’était généralement que de 1 à 1,5%. Cependant, en tenant compte des versements effectués sur les 9 premiers mois, ce rendement est déjà de 14% cette année.

Gerdau réalise la plus grande partie (58,5%) de son chiffre d’affaires au Brésil, son marché domestique. La demande du secteur brésilien de la construction évolue à niveau record. Il y a également une forte demande de machines et d’équipements pour l’industrie et en particulier pour l’agriculture. Comparé à Ternium, Gerdau est relativement moins touché par les problèmes de production dans le secteur automobile (suite à la pénurie de puces). Gerdau produit beaucoup pour les poids lourds, qui nécessitent plus d’acier. Les investissements brésiliens dans les énergies renouvelables, telles que l’énergie solaire et en particulier les éoliennes, entraînent également une forte demande d’acier. Gerdau prévoit une croissance de la demande intérieure de 4 à 6% en 2022. Les prix de l’acier ont quelque peu baissé récemment, mais les marges restent stables grâce à la baisse du prix du minerai de fer. En raison des restrictions de production en Chine, Gerdau voit les prix de l’acier rester à un niveau relativement élevé.

En Amérique du Nord, où 23% du C.A. est réalisé, le carnet d’ordres a atteint son plus haut niveau en plus de 10 ans. Les plans d’infrastructure de l’administration Biden créeront une demande supplémentaire d’acier.

Entretemps, Gerdau travaille également à une diversification des activités avec son pôle ‘Gerdau Next’. Celui-ci se concentre sur les produits et services innovants liés au secteur de l’acier. Une grande attention est accordée à la numérisation, à l’e-commerce et à l’économie verte.

Comme ses pairs d’Amérique latine, l’action a fortement baissé ces derniers mois. Le pessimisme concernant les prix légèrement inférieurs de l’acier est exagéré et les valorisations sont également faibles.


Conseil :  A3

Gerdau est notre préféré dans le secteur sidérurgique latino-américain. Nous relevons le conseil à ‘A 3’.