Prosus

©REUTERS

Chez Prosus, la situation reste difficile. Le holding souffre depuis un an des problèmes du secteur internet chinois. La guerre en Ukraine lui a également fait mal, poussant le titre sous son prix d’IPO de septembre 2019 (58,7 EUR).

©REUTERS

Malgré la diversification progressive, le groupe chinois Tencent continue de dominer la valeur de Prosus. La réglementation chinoise provoque un net ralentissement de la croissance. Au 4ème trimestre, le C.A. n’a augmenté que de 8%. Dans les jeux vidéo, très rentables (un quart du C.A.), la croissance a été freinée par les restrictions d’usage pour les jeunes et surtout par l’embargo de 8 mois sur le lancement de nouveaux jeux. Néanmoins, Tencent est convaincu que de nouveaux jeux seront bientôt approuvés, de sorte que de meilleurs chiffres sont attendus au second semestre. En attendant, le groupe voit principalement une croissance dans les jeux internationaux.

La politique gouvernementale pourrait encore avoir un impact négatif si Tencent est contraint de transférer WeChat Pay à un holding financier qui serait réglementé comme les banques traditionnelles. Cela rendrait le produit moins attractif.

Pourtant, le pessimisme entourant Tencent semble exagéré. Malgré le ralentissement de la croissance, on devrait assister cette année à un nouveau record du chiffre d’affaires (probablement plus de 100 mia. USD, soit le double de 2018). Les marges peuvent encore baisser en raison des investissements. Cependant, Tencent peut encore faire beaucoup pour monétiser WeChat, qui compte déjà 1,27 milliard d’utilisateurs mensuels. Le cloud et la fintech (qui représentent actuellement ensemble environ 1/3 du C.A.) ont également un potentiel de croissance considérable et Tencent voit aussi des opportunités avec le métaverse dans les années à venir.

On note également un certain optimisme dans le secteur Internet chinois après que le gouvernement a signalé qu’il n’y a plus de réglementations majeures prévues.

Bien que les participations russes ne pèsent que de façon limitée dans la valeur intrinsèque, la guerre en Ukraine a néanmoins porté un coup. La participation de 27% dans VK (anciennement Mail.ru) a été entièrement amortie. Le groupe restera pour l’instant actif en Russie avec le site de petites annonces Avito, qui était rentable l’an dernier et valorisé à environ 6 mia. USD avant la guerre.

Prosus a également récemment souffert de la chute du cours de Delivery Hero. Bien que la livraison régulière de repas atteigne le seuil de rentabilité cette année, l’investissement dans le ‘q-commerce’ (livraison de marchandises dans l’heure qui suit la commande) entraînera une perte. En raison du pessimisme du secteur, la valeur des sociétés de livraison de repas non cotées (dont iFood en Amérique latine et Swiggy en Inde) pourrait également être revue à la baisse.

Au cours des deux dernières années, Prosus et Naspers ont fait plusieurs tentatives pour réduire la décote, mais à chaque fois elles n’ont eu qu’un effet de courte durée. Dans le marché actuel, calculer une valeur intrinsèque correcte est difficile en raison de l’incertitude sur les participations non cotées, mais elle peut encore être estimée à environ 100 EUR par action. Une décote est justifiée, car la valeur intrinsèque dépend principalement d’une seule action (Tencent) et parce que la Chine présente un risque.

 

Conseil :  C+3

La décote actuelle de plus de 50% semble excessive, surtout à un moment où les actions chinoises pourraient avoir vu le pire. De plus, Prosus a une structure financièrement plus solide que d’autres holdings comparables tels que Softbank. Après le net repli du cours de l’an dernier, vous pouvez acheter ou accumuler prudemment.