Samsung Electronics

©AFP

Le groupe sud-coréen Samsung Electronics s’est nettement déprécié depuis le cours record atteint en janvier. Il a pourtant publié des chiffres record. Cette année, les résultats sont surtout alimentés par la hausse des prix dans le secteur des semi-conducteurs, qui représente environ 55% du bénéfice. Ces dix dernières années, Samsung Electronics a effectué de très importants investissements dans cette division et a montré une fois de plus que la société, qui a débuté comme épicerie en 1938, parvient toujours à suivre les nouvelles tendances. 

©AFP

Le groupe est devenu le leader mondial des puces mémoire et a profité cette année de la hausse des prix des puces DRAM. Actuellement, ces prix baissent temporairement, mais la demande demeure élevée et l’an prochain, la nouvelle génération de puces DRAM (DDR5) pourra donner une nouvelle impulsion à ce pôle. Avec la production de puces en 2 nm économes en énergie (lancement prévu début 2022), Samsung pourra un peu rattraper son retard sur Taiwan Semiconductor, en tant que fabricant de ‘puces sur commande’. 

Au total, Samsung entend investir 206 mia. USD au cours des trois prochaines années, soit plus de 30% de plus que ce que prévoyait son plan triennal précédent. 

Entre-temps, le groupe conserve avec une part de marché de 23% sa position dominante dans le segment des smartphones, devant Apple (15%) et Xiaomi (14%). Les smartphones pliables lancés récemment (Galaxy Z Fold3 et Z Flip3) remportent davantage de succès que prévu – bien qu’ils entraînent une hausse temporaire des frais de marketing. Les écrans flexibles donnent aussi une nouvelle impulsion à Samsung Display. Au troisième trimestre, cette division profitait encore surtout de la demande du nouvel iPhone 13 d’Apple. 

Dans le segment moins rentable de l’électronique de consommation, Samsung a vu la demande de télévisions baisser, mais les nouveaux produits (tels que les appareils électroménagers dotés de l’I.A.) ont permis de doper les marges. 

Samsung va aussi investir davantage dans le pharmaceutique. Sa filiale cotée Samsung Biologics, qui produit les vaccins anticovid de Moderna, investit 2 mia. USD afin d’augmenter la capacité de production de 70% d’ici 2023.

Malgré les succès, la valorisation de Samsung est sensiblement inférieure à celle de ses concurrents Apple (C/B 26,3) ou Taiwan Semiconductor (C/B 26). Ce retard s’explique en partie par sa plus grande exposition aux puces mémoires cycliques. En outre, les problèmes judiciaires de son patron (qui a pu sortir anticipativement de prison en août) pèsent sur l’action. Reste à voir si le management pourra tenir sa promesse d’améliorer sa gouvernance d’entreprise. 

 

Conseil :  A2

Grâce à sa croissance progressive, Samsung Electronics a été un joli placement à long terme ces 20 dernières années (cours x20). La correction de cette année représente une occasion d’achat.