L'électrification: un besoin d'expansion de la capacité

L’Europe mise encore plus sur l’électrification du parc automobile. L’installation de bornes de recharge doit rattraper son retard. De nombreuses entreprises en bénéficient...

Cumulativement, les 100 Mrd USD d’investissements dans les bornes de recharge pour voitures électriques (VE) seront franchis en 2023. Rien qu’en 2022, l’investissement atteindrait 28,6 Mrd USD, un triplement par rapport à l’année précédente. Plus il y a de VE, plus on a besoin de bornes de recharge. La Chine bat des records (600.000 nouveaux points). L’Europe fait son retard rapidement. Les É.-U. sont à la traîne et répondent surtout aux bornes de recharge à domicile. En Europe, les gouvernements (locaux) doivent contribuer à un réseau d’infrastructures de recharge publiques. Le constructeur de VE Tesla a été précurseur avec l’installation de ‘superchargeurs’ (déjà 12.000 points). En Europe, EVBox, Tesla et Allego se partagent largement le gâteau (voir graphique). Cependant, les dés ne sont pas encore jetés partout.

Operateurs de bornes de recharge

L’Europe compte un certain nombre de sociétés cotées installant et exploitant des bornes de recharge (dans la sphère publique ou non). Nous sommes encore au début du développement du marché, nous ne devons donc pas nous attendre à de généreux bénéfices. Parmi elles, quelques proies. Ainsi, l’américain Volta, qui combine bornes de recharge et messages publicitaires, a été repris par Shell. Cependant, Volta coûtera encore de l’argent dans les années à venir. Ci-dessous deux entreprises néerlandaises

  •  Allego

Allego est rentré en bourse en mars 2022 via un SPAC, mais après le succès initial, l’intérêt pour les SPAC a diminué. Peu d’infos étaient initialement disponibles. Allego continuera à faire appel au marché pour obtenir de l’argent frais dans les années à venir. Allego devrait présenter un EBITDA positif en 2022, avec un C.A. de 135 à 155 Mio EUR. L’accent est mis sur les bornes de recharge rapide publiques avec ‘énergie renouvelable’ dans les endroits très fréquentés (tout le monde ne peut pas recharger à la maison). Pensons aux emplacements à proximité des supermarchés tels que Carrefour, McDonald’s, les stations-service Shell... Le groupe a développé une plateforme technologique pour la gestion de ces bornes de recharge et peut également fournir des services et des données à ces clients. En 10 ans, l’entreprise est devenue le n°2 provisoire en Europe. D’ici 3 ans, elle vise 1.300 stations de recharge. Le taux d’occupation est important pour la direction. Le groupe est rentable à partir d’un taux d’occupation de 3% (1,5 voiture par jour). Il est actuellement de 11 % (5 voitures/jour). Allego a des perspectives de croissance intéressantes, mais il y a aussi des risques. Prenez une première position. 

  •  Fastned

Fastned se concentre sur les bornes de recharge rapide le long des autoroutes, où on peut recharger en quinze minutes. Le groupe présente de bons chiffres de croissance et dispose de ressources suffisantes pour accélérer son expansion. Le groupe possède environ 250 stations de recharge en Europe et vise à en exploiter environ 400 fin 2024. Néanmoins, il faut tout d’abord investir ‘en amont’ dans les bornes de recharge et les concessions associées. Les gains ne viendront qu’ensuite. Ce n’est qu’en 2024 que le groupe sera pour la première fois rentable. Le taux d’occupation de ses stations est de 13,2%. Cependant, les fondateurs et un fonds familial cèderont 6% du capital, ce qui signifie pression vendeuse temporaire. Nous réduirions les positions après le rallye de ces derniers mois. Nous reverrons le conseil que vers 30 EUR.

Fournisseurs

Divers fournisseurs profitent de la demande croissante de l’électrification.

  •  Alfen

L’entreprise néerlandaise est au cœur de la transition énergétique. Le pôle le plus important est celui des bornes de recharge pour VE. Elle fournit des bornes de recharge et des logiciels associés aux exploitants de bornes de recharge électriques. La capacité de production a été fortement augmentée et, grâce à une politique de stockage intelligente, l’année dernière (C.A. +150%) n’a pas trop souffert des pénuries de certains composants. La dynamique est également bonne dans le stockage d’énergie. Alfen travaille avec des conteneurs remplis de batteries installés à proximité de points d’énergie renouvelables locaux. Enfin, le groupe est également actif dans les produits pour les infrastructures énergétiques intelligentes. 2022 a été bonne avec une forte croissance du C.A. (+80%). Néanmoins, le marché craint progressivement un plafonnement de la croissance. Nous nous dirigeons peut-être vers une croissance d’environ 25%. Maintenant que la pénurie de composants est en grande partie résolue, les concurrents augmentent la pression. Le groupe a une position forte aux P.-B. (50%), mais ailleurs en Europe (7,5%), c’est encore assez faible. Dans le même temps, l’entreprise vend ses produits assez cher, si bien que le marché craint des baisses de prix. La croissance rapide en 2022 est due à une gestion intelligente des stocks. Néanmoins, Alfen est en mesure de gagner des parts de marché en dehors des P.-B. en matière d’infrastructures énergétiques. Conseil relevé à ‘première position’ (sur repli vers 75 EUR).

  • Siemens Energy

Les activités sont en plein essor pour une partie de Siemens Energy. La transformation du secteur de l’électricité avec la connexion entre les bornes de recharge, la production d’électricité (centrales à gaz et énergies renouvelables) et le renforcement du réseau électrique est une bénédiction. Ce ne sera certainement pas dû au nombre de commandes, mais Siemens Energy doit encore faire face à une très faible rentabilité. Le malaise de la filiale éolienne Gamesa en est à l’origine. La semaine dernière, le groupe a réduit ses attentes en raison de toutes sortes de problèmes chez la filiale hispano-allemande. Une perte nette est même attendue pour l’exercice qui se termine en octobre 2023. Nous appliquons un conseil de ‘réduire’, car les problèmes avec Gamesa dureront encore plusieurs trimestres. 

  • Schneider Electric

Ce membre du CAC40 a enregistré une croissance organique de 10,8% sur les neuf premiers mois. Avec la société suédoise ABB, l’entreprise joue le premier rôle dans l’augmentation de l’efficacité énergétique des entreprises et des ménages. Le pôle résidentiel et la Chine en particulier ont connu des difficultés au second semestre, si bien que la marge se retrouvera dans le bas de la fourchette (17,7 à 18%). L’intégration de l’éditeur britannique de logiciels industriels Aveva est prévue en 2023, pour renforcer l’autre pôle (automatisations industriels et centres de données). En 2023, la croissance devrait osciller autour de 5%. Cette société mérite une place dans ce ‘Portrait’ même si, comme Siemens Energy, elle est plus largement active sur le segment de l’électrification. Nous démarrons le suivi avec un conseil d’achat sur repli vers 130 EUR.

Qui a notre préférence?

D’ici 2025, 39% des ventes de voitures neuves devraient être électriques. Ces ventes électrifieraient déjà un tiers du parc automobile européen d’ici 2035. Les entreprises qui produisent ou exploitent des bornes de recharge sont confrontées à une forte croissance. Les opérateurs se battent pour les lieux les plus attractifs pour booster le taux d’occupation. Des partenariats sont nécessaires et certainement parmi les opérateurs, des augmentations de capital sont toujours en cours pour financer leur expansion. Parmi les opérateurs, nous préférons Allego, car chez Fastned, il y a une pression vendeuse de la part des fondateurs. Parmi les fabricants de matériel, Alfen a notre préférence. Nous démarrons le suivi de l’action Schneider Electric.