Amgen

©Via Bloomberg News

Sur le long terme, Amgen, la plus grande société de biotechnologie au monde, affiche des performances en ligne avec l’indice Nasdaq biotech. Ces dix dernières années, Amgen a sous-performé l’indice. Alors pourquoi investir dans Amgen et non dans un tracker de l’indice biotech? La différence réside dans les dividendes. Amgen n’est pas encore un ‘aristocrate du dividende’ (plus de 25 ans de hausse continue du dividende). La distribution de  dividendes n’a débuté qu’en 2011. Depuis lors, ce dividende a été augmenté chaque année, passant de 1,12 USD p.a., en base annuelle, à 7,04 USD p.a. (pour l’exercice 2021). Et il devrait encore augmenter dans les années à venir. En effet, Amgen génère un cash-flow libre de 9 à 10 mia. USD et il ne faut qu’environ 4 mia. USD pour le dividende actuel. Ces dernières années, la société biotech a aussi acheté en masse des actions propres, de sorte que la dette nette a augmenté. Comme l’an dernier, le montant des dividendes et des rachats d’actions sera inférieur au cash-flow libre cette année. En théorie, la dette pourrait donc baisser, si ce n’est qu’Amgen réalise aussi régulièrement des petites acquisitions: Tenebio (900 mio. USD) en juillet et Five Prime Therapeutics (1,9 mia. USD) en mars. La dernière acquisition majeure remonte à 2019, lorsque le produit contre le psoriasis Otezla a été racheté à Celgene pour 13,4 mia. USD.

©Via Bloomberg News

Amgen ne croît plus vraiment fortement. Les pics de ventes de produits plus anciens comme Aranesp, Neulasta et Enbrel ont déjà été dépassés. La pression sur les prix ne peut donc plus être compensée par des volumes en hausse. Repatha (cholestérol), Prolia (ostéoporose) et Evenity (ostéoporose), e.a., ont repris le flambeau. Cette année et l’an dernier, Amgen a souffert de la pandémie. Moins de visites chez le médecin et moins de tests de laboratoire ont mené à moins de nouveaux traitements initiés. Ici, nous sommes encore en dessous du niveau pré-Covid, bien qu’il y ait une amélioration. Amgen compte sur de nouveaux produits pour l’avenir. Aux É.-U., LUMAKRAS (cancer du poumon) vient d’être  approuvé et le tezepelumab (asthme) a reçu un traitement privilégié. Le dossier a été soumis à la FDA en mai. Amgen conclut aussi régulièrement de nouveaux accords pour remplir le pipeline.

Conseil :  C2

Le cours d’Amgen évolue latéralement depuis plus d’un an. Le titre a même été sous pression ces dernières semaines. Pourtant, la société biotech est un véritable générateur de cash-flow. Avec un rendement du cash-flow libre de plus de 7%, Amgen est en très bonne forme. Si l’action baisse encore vers les 200 USD, nous relèverons le conseil à ‘première position’. Ainsi, le rendement du dividende augmenterait à au moins 3,5%.