ArcelorMittal

©DB11895

Il n’y pas seulement de l’acier liquide qui coulent des hauts fourneaux d’ArcelorMittal, mais aussi les cash-flows  qui vont aux actionnaires. Depuis septembre 2020, pas moins de 5 mia. USD (y compris le dividende ordinaire). L’essentiel provient du produit des actions de Cleveland Cliffs: dont 1,9 mia. USD d’actions propres ont déjà été achetées et un nouveau programme de 1,2 mia. USD va démarrer (après la vente des actions privilégiées de Cleveland Cliffs la semaine dernière). Les bénéfices des activités elles-mêmes sont aussi utilisés : le rachat pour 570 mio. USD a été bouclé au deuxième trimestre, mais 1 mia. USD supplémentaire sera ajouté cette année, une avance sur le bénéfice de 2022. Une promesse de soutien du cours, la dette nette étant tombée sous l’objectif de 7 mia. USD. Malgré les nombreux rachats, elle a même baissé à 5 mia. USD, si bien que le bilan est désormais très sain. Une pomme pour la soif, car pour un groupe cyclique comme ArcelorMittal, des temps moins favorables arriveront à un moment donné.

Le trimestre écoulé a montré qu’il restait aussi suffisamment de bénéfices à investir dans des projets de croissance. Nous parlons de marchés en croissance tels le Mexique, l’Inde, le Libéria et le Brésil, mais aussi de nouvelles technologies vertes. Le CEO Aditya Mittal a commencé son avant-propos dans le rapport trimestriel avec ses ambitions en matière d’émissions de CO2. Le groupe vend déjà de ‘l’acier vert’ et prévoit de construire en Espagne la première usine d’acier au monde à zéro émission. Vu l’importance croissante de l’ESG, cela devient un argument de vente de plus en plus important. Un coup d’œil aux résultats. Au deuxième trimestre, un EBITDA de 5,1 mia. USD a été réalisé et un bénéfice net de 4 mia. USD (3,47 USD p.a.). Cela aurait pu être plus, mais dans le secteur minier, la production de minerai de fer a baissé de 39,2% en raison d’une longue grève au Canada et d’un accident de train au Libéria. Ainsi, il n’a pas été possible de profiter pleinement de la hausse du minerai de fer. Mais la direction ne se plaint pas et prévoit une reprise de la demande d’acier au second semestre.

Conseil :  C3

Les bons résultats et perspectives, ainsi que le rachat d’actions propres, peuvent faire grimper l’action bien plus haut, d’autant plus qu’elle semble très bon marché. C’est souvent le cas en période d’expansion, mais attention à la nature cyclique: les achats sont plus intéressants en période de ralentissement, qui est passée depuis longtemps. À conserver en raison de la dynamique positive, mais les profits importants doivent être en partie sécurisés dans le cadre d’un rééquilibrage.