Coût de négoce des droits

©Blondet Eliot/ABACA

Ceux qui ne participent pas à l’augmentation de capital d’Elia peuvent vendre leurs droits. Si vous avez 50 titres Elia, vous disposez également de 50 droits. Cependant, la valeur de ces droits additionnés est faible. Dans notre exemple, au cours de 1,10 EUR, il ne s’agit que de 55 EUR. Les courtiers/banques appliquent donc parfois des coûts inférieurs pour négocier ces droits. Malheureusement, ce n’est pas le cas de toutes les institutions et nous le regrettons. Chez Keytrade, tout comme avec les actions, un coût fixe de 7,50 EUR (pour Euronext Bruxelles sous les 2.500 EUR) est dû. Saxo Bank ne fait également aucune distinction et facture 7,25 EUR (pour Euronext Bruxelles sous les 2.500 EUR). Guère de coûts distincts pour les droits dans la grille tarifaire de Bolero, de sorte que 7,50 EUR sont facturés ici aussi pour des montants jusque 2.500 EUR. Ces courtiers méritent un ‘carton jaune’ pour cela. Chez Belfius, les frais pour les clients Re=Bel sont les mêmes pour les droits que pour les actions, bien qu’à 2,5 EUR pour les petits montants, la banque est de toute façon bien plus avantageuse que les courtiers susmentionnés. Il y a certes une distinction pour les clients non Re=Bel. Ici, les droits bénéficient de frais réduits (0,9% avec un minimum également de 2,5 EUR). Chez BNPPF, le coût minimum n’est pas les 18 EUR habituels, mais à peine 1,5 EUR. ING ne facture même aucun frais. 

©Blondet Eliot/ABACA