Le graphique : les dividendes moins sensibles lors d'une récession

La Banque mondiale a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour l’économie mondiale et table désormais sur une croissance d’à peine 1,7% en 2023. Il y a six mois, l’objectif était d’un peu plus de 3%. Seules les années corona 2020 et 2009 (Grande Récession) étaient pires. Reste à voir si cela se vérifiera. Si c’est le cas, l’impact sur les bénéfices des entreprises mondiales est peut-être sous-estimé. Une ‘récession des bénéfices’ peut être profonde, comme le montre le graphique. Des baisses de bénéfices allant jusqu’à 30% en moyenne ne font pas exception. En tout état de cause, le marché n’en tient pas encore compte, de sorte que les craintes de baisse des bénéfices pourraient à nouveau provoquer d’importantes turbulences en bourse. Si nécessaire, gardez à l’esprit que les dividendes ne sont pas à l’abri de cela, mais que les fluctuations ne sont pas aussi prononcées. Les valeurs de rendement durables (qui peuvent au moins maintenir leurs dividendes) offrent une certaine sécurité en période de récession, en particulier lorsque les taux longs sont sous pression pendant ces périodes. La nature des activités est importante, mais la santé bilantaire de l’entreprise l’est tout autant.