Le Graphique: une situation survendue (temporaire ?)

©BELGAIMAGE

Le pourcentage d’actions du S&P500 se négociant au-dessus de la moyenne à 50 jours est tombé à son plus bas niveau depuis le crash du coronavirus en 2020. Tout comme fin 2018, cette situation de ‘survente’ a marqué le début d’une reprise boursière.

©BELGAIMAGE

Cependant, la bourse ne repose pas sur des modèles mathématiques. À court terme, une reprise technique n’est pas illogique, mais la question clé reste de savoir s’il s’agit d’une reprise temporaire dans un marché baissier. Et qu’une stratégie appropriée serait de ‘vendre le rallye’. Ce risque est assez élevé. Les prévisions de bénéfices sont encore optimistes, le risque de révisions à la baisse est donc élevé. Cela s’applique également aux marchés boursiers européens. Les prévisions de bénéfices pour les actions du Stoxx 600 ont encore augmenté de 16% depuis le début de l’année. Et cela contraste avec la situation macroéconomique dégradée, un clivage inhabituel entre l’évolution des bénéfices et celle des actions. Les optimistes peuvent toujours soutenir que les marchés ont déjà (partiellement) anticipé la révision des bénéfices.