Question de lecteurs : quels sont les avantages et les inconvénients d'un placement privé ?

Montea vient de lever des fonds, et peu avant WDP également, via un placement privé, avec une décote par rapport au cours de bourse. Pourquoi ne puis-je pas en profiter en tant qu’actionnaire privé?

Grâce à un placement privé, une société peut agir beaucoup plus rapidement, car seul les investisseurs institutionnels sont approchés. Il s’agit de fonds d’investissement, d’assureurs et de fonds de pension. Quelques semaines de préparation suffisent pour lancer le placement, après quoi il peut être réalisé en 24 heures environ. Un placement privé ne peut porter que sur un maximum de 10% du capital en circulation. Lors de l’assemblée générale, l’approbation des actionnaires est demandée au préalable - parfois par défaut. S’ils font une augmentation de capital ouverte aux actionnaires privés, une augmentation de capital avec droit préférentiel de souscription, cela est bien plus complexe. Ainsi, un prospectus doit être rédigé et le superviseur belge, la FSMA, doit l’approuver. Cela prend vite quelques mois. Un délai suffisant doit aussi vous être accordé en tant qu’actionnaire pour analyser et souscrire. 

Chaque forme d’augmentation de capital a ses avantages et ses inconvénients. La rapidité pour la société est compensée par le fait que vous ne pouvez pas profiter de la décote que peuvent exiger des investisseurs institutionnels. Cette décote n’est pas constante, mais dépend souvent de la confiance dont jouit la société auprès des investisseurs. S’ils considèrent que les risques sont élevés (p.e. en raison des risques du bilan ou de la nature des activités), ils exigeront alors une décote (plus) importante. En tant que petit actionnaire, vous êtes ‘dilué’, mais comme indiqué, l’émission de nouvelles actions est limitée à 10% du capital en circulation. Lors d’une augmentation de capital classique avec un droit préférentiel de souscription, vous avez le choix de diluer ou non votre participation. Si vous ne le voulez pas, vous êtes obligé d’y souscrire pour le montant total. Comme ces opérations sont plus grosses, le poids peut potentiellement devenir trop important dans votre portefeuille. Autre point: en raison de l’aspect technique (les investisseurs institutionnels peuvent souvent réaliser un profit rapide), l’action baisse souvent d’abord vers le prix d’émission (parfois même en dessous) des nouvelles actions après l’opération. Vous pouvez alors décider de repêcher les actions. Mais bien sûr, cette décision doit dépendre des fondamentaux de la société et de la valorisation de l’action, ainsi que d’une pondération appropriée dans votre portefeuille.