ABN Amro

©REUTERS

Selon l'agence de presse Bloomberg, la banque française BNP Paribas lorgnerait sur ABN Amro. Cette dernière, détenue à 56% par l'état néerlandais, joue pour l'instant le 'dur à cuire'. Le gouvernement est le propriétaire 'indésirable' d'ABN Amro suite à la crise bancaire de 2008/2009 et n'a pas l'intention d'en rester actionnaire indéfiniment. Etant donné qu'il s'agit d'un intérêt 'étranger', une acquisition ne sera pas évidente. En revanche, si cela fonctionne, elle sera accompagnée d'une prime conséquente.

Conseil :  C+3

Ne spéculez pas trop sur une acquisition, mais pour les bonnes raisons (faible valeur + rendement du dividende attractif), à conserver fermement/première position.