DSM

©REUTERS

Une fois qu'on a reçu des claques, il est difficile de s'en sortir. Nous écrivions plus tôt que la direction a dû sentir le souffre du ralentissement de la croissance dans la division alimentaire et donc dû poursuivre la fusion avec le suisse Firmenich. DSM a brutalement revu à la baisse ses objectifs annuels après un troisième trimestre médiocre. Le groupe ne peut pas répercuter les coûts plus élevés. La croissance du chiffre d'affaires de 20% (organique +9%) a entraîné une croissance de l'EBITDA de seulement 2,6%, mais c'était uniquement dû à la force du dollar et aux acquisitions (+8%). Pour l'ensemble de l'année 2022, DSM vise désormais une croissance de 1 à 3% de l'EBITDA contre une fourchette comprise entre 7 et 9% auparavant.

Conseil :  C+1

L'abaissement des objectifs est préjudiciable à la valorisation, qui est encore assez élevée, mais nous sommes sûrs que l'acquisition de Firmenich en 2023 sera un coup direct à long terme. Nous recommandons donc de repêcher DSM sur nouvelles baisses du cours pour les investisseurs patients.