TUI

La reprise chez TUI est plus lente que prévu en raison du variant Omicron. Le chiffre d'affaires s'est fortement redressé, mais un peu moins que prévu. La perte d'exploitation du premier trimestre fiscal s'est également avérée plus importante que prévu. Les réservations d'hiver se situent donc à l'extrémité inférieure de la fourchette spécifiée, de sorte que les résultats du trimestre en cours seront également sous pression. Cependant, le groupe de tourisme est positif pour les mois d'été. Depuis le début de cette année, il y a eu une nette accélération du nombre de réservations. La levée des exigences de test au Royaume-Uni y a contribué. TUI s'attend donc à ce que le niveau de 2019 (pré-Covid) soit approché. Cela vaut aussi pour les croisières, un premier semestre difficile, mais ensuite des réservations qui dépassent même le niveau de 2019. Avec les excursions (TUI Musement) l'amélioration est déjà plus prononcée. Ici, nous étions même au-dessus du niveau pré-Covid au cours du dernier trimestre. Cependant, en raison de l'évolution incertaine de la pandémie, TUI ne donne toujours aucune perspective. La position de cash a été renforcée et s'élevait à 3,3 mia. EUR début février. D'ici avril, ils veulent commencer à rembourser une partie (0,7 mia. EUR) de l'aide d'État. Le programme d'économies de 400 mio. EUR est en bonne voie.

Conseil :  C+4

Le cours est encore bien en dessous du niveau pré-Covid. L'entreprise a aussi été fortement touchée par la pandémie. Il s'agit désormais d'améliorer l'endettement afin de retrouver à terme une croissance rentable. Les investisseurs conscients du risque peuvent profiter de toute faiblesse du cours pour acheter un petit paquet pour le moyen terme.