D'Ieteren

©DRIES LUYTEN

Les résultats annuels du holding familial ont été mal acceuillis par les investisseurs en raison d'un revers au niveau de sa filiale à succès Belron, mais plusieurs notes optimistes ont suivi par la suite. Nous pensons que la journée des investisseurs Belron (28/04) en particulier attirera à nouveau les investisseurs. Les analystes veulent surtout vérifier si la marge de Belron (e.a. Carglass) a atteint sont plus haut, ou si il y a encore du potentiel après les investissements dans la numérisation et l'automatisation (qui cette année s'élèveront encore à environ 80 mio. EUR). Les coûts variables sont raisonnablement bien couverts (carburant pour la flotte de véhicules propres jusqu'à fin 2022 et accord à long terme avec les producteurs de verre). Les volumes évoluent en étroite corrélation avec le nombre de kilomètres parcourus par voiture, ce qui peut quelque peu décevoir compte tenu des prix élevés actuels du carburant en 2022. D'Ieteren exige désormais des autres actionnaires de private equity (50%) que le taux d'endettement du groupe diminue (ratio dette nette/EBITDA de 3,2 à fin décembre). Récemment, dans la branche de la mobilité (e.a. distribution de voitures, voitures partagées...), une acquisition a été faite, celle de la plus grande société de taxis bruxelloise 'Taxis Vert'. Taxis Vert sera déployé dans le reste de la Belgique via des chauffeurs de taxi indépendants et une numérisation poussée.

Conseil :  C2

Nous avons relevé notre recommandation vers 130 EUR. Après une hausse du cours de 20% en quelques semaines, D'Ieteren se rapproche un peu plus de sa "juste" valeur intrinsèque, que nous estimons à environ 190 EUR par action. Il y a encore du potentiel, mais les opportunités d'entrée sont derrière nous. Nous abaissons donc à nouveau le conseil à 'conserver'.