Stellantis

©REUTERS

Les hausses de prix, la force du dollar et la hausse des volumes livrés (+19%) ont entraîné une augmentation significative du chiffre d'affaires de 29% à 42,1 Mrd EUR au troisième trimestre (consensus du marché de 40,1 Mrd EUR). Toutes les régions ont contribué aux chiffres de croissance. Le groupe dispose de 275.000 véhicules en stock qui seront livrés dans les prochains mois - en fonction de problèmes logistiques ou de pénurie de composants ou non. Le groupe table toujours sur une croissance de la marge opérationnelle à plus de 10% d'ici 2022. La joint-venture en Chine avec Guangzhou Automobile Group pour la production de Jeep a récemment déposé le bilan car non rentable depuis des années. Sa valeur est dépréciée. La production de Peugeot et Citroën en Chine est également en jeu et Opel a récemment arrêté l'expansion prévue. En effet, en Chine, il y a une évolution rapide vers les modèles électriques et les acteurs occidentaux jouent ici les seconds couteaux. Sur les sept premiers mois de 2022, 80% des ventes de modèles électriques en Chine ont été réalisées par des entreprises locales (e.a. Byd, Nio...).

Conseil :  C+2

De bons résultats, mais le retrait du plus grand marché automobile du monde montre que les constructeurs automobiles traditionnels ont encore de nombreux défis à relever. Néanmoins, Stellantis s'engage fortement à réduire les coûts pour faire face à tous ces défis. L'action est au moins à conserver. Le holding de la famille Agnelli au-dessus est cependant digne d'achat en raison d'une meilleure diversification.