Ubisoft

©UBISOFT

Au cours de l'exercice financier décalé qui s'est terminé à la fin du mois de mars, le chiffre d'affaires (réservations nettes) était légèrement inférieur (-5%) aux attentes. Le bénéfice d'exploitation a baissé de 14%. Les vents favorables de la pandémie se sont quelque peu atténués et l'entreprise a souffert de retards. Le télétravail, entre autres, a ralenti le développement de nouveaux jeux, entraînant le report de plusieurs lancements. En conséquence, la société dispose actuellement d'un pipeline de produits très solide, avec Avatar, Mario + Rabbits et Skull & Bones qui sortiront cet exercice. Pour l'exercice en cours, la société s'attend à une croissance significative du chiffre d'affaires de plus de 20%. Le résultat d'exploitation devrait rester stable, une déception. Le bénéfice devrait reprendre fortement à partir de l'année prochaine. Récemment, il y a eu des spéculations sur un éventuel rachat, avec des noms tels que les acteurs de private equity KKR et Blackstone. Le conseil d'administration dit qu'il a tout ce qu'il faut pour rester indépendant, mais se penchera sur des propositions concrètes.

Conseil :  C+3

Les actions des jeux connaissent un intérêt réduit des investisseurs, malgré la vague de consolidation dans le secteur. Ubisoft a un solide pipeline mais a déçu les investisseurs à plusieurs reprises dans le passé avec des lancements tardifs ou décevants. La société reste une cible pour un rachat et le titre est à conserver fermement.