Autodesk

©microsoft

En tant qu'éditeur de logiciels, Autodesk est présent sur certains beaux segments de l'industrie, mais il reste vigilant sur la nature cyclique des marchés de la construction et de l'architecture avec l'une des suites logicielles les plus connues: le logiciel de 'conception assistée par ordinateur' AutoCAD. AutoCAD et les marchés de la construction et de l'architecture représentent 74% du chiffre d'affaires. Les autres marchés desservis par Autodesk sont la conception et le développement (impression 3D, prototypes) ainsi que le secteur des médias et du divertissement (réalité virtuelle, nouveaux films, séries). De plus, tout comme avec Adobe, le coût est élevé si vous, en tant que client, souhaitez changer de fournisseur ou de produit. Autodesk considère que 97% du chiffre d'affaires est récurrent.

En conséquence, la part de marché du groupe reste relativement stable et la direction a créé une croissance plus stable par rapport à la précédente récession économique. Le français Dassault est le principal concurrent d'Autodesk. Il y a quelques années, la direction a entamé avec succès un élargissement de l'offre et le passage d'un modèle de licence à un modèle d'abonnement. Les derniers résultats trimestriels étaient très bons. Le chiffre d'affaires (1,17 Mrd USD) repart à la hausse. Les commandes (1,13 Mrd USD) se développent bien, mais étaient légèrement inférieures au consensus du marché au dernier trimestre. Le groupe devrait pouvoir réaliser une croissance de chiffre d'affaires comprise entre 13 et 15% cet exercice (fin janvier 2023), avec un bénéfice courant compris entre 6,43 et 6,66 USD p.a. (5,07 USD p.a. l'exercice précédent). Cela signifie cependant un léger ralentissement par rapport à l'aperçu précédent. Au prochain exercice, le bénéfice devrait déjà être plus proche de 8 USD p.a.

Conseil :  C+2

La valorisation très chère (> 50 fois le bénéfice attendu) a baissé de nouveau vers des niveaux plus acceptables ces dernières semaines, en partie à cause d'un léger affaiblissement des perspectives. Le cours évolue désormais également plus de 30% plus bas par rapport à la fin de l'année dernière. La diversification est payante et, par conséquent, un conseil à 'réduire' n'est plus nécessaire. Les investisseurs soucieux du risque et ayant une préférence pour la technologie peuvent même désormais acheter en cas de faiblesse du cours (à environ 185-190 USD).