Fournisseurs de puces

©REUTERS

Le ralentissement du secteur des semi-conducteurs a également mis sous pression le cours des actions des fournisseurs. Que faire maintenant? 

ASML est l’histoire à succès du siècle. Le groupe néerlandais produit des machines qui tracent de fines lignes sur les galettes (wafers) de silicium par un procédé de lithographie. ASML utilise pour cela une lumière ultra-violette. ASML doit veiller à ce que la qualité reste suffisamment élevée. Le groupe souffre depuis peu d’une décision des États-Unis d’interdir la vente de machines de haute technologie à la Chine. L’industrie chinoise des semi-conducteurs est un important moteur de croissance, et la demande des clients TSMC et Samsung Electronics est encore suffisante. En outre, de nouvelles usines de puces sont en cours de construction en Europe et aux États-Unis pour répondre à la demande de puces. Bien que l’inflation, les pénuries de composants et les craintes de récession aient temporairement pesé sur les marges, le groupe a vu son chiffre d’affaires grimper de 35% au 2ème trimestre. Le groupe a abaissé son objectif de croissance des ventes pour cette année de 20% à 10%. Compte tenu du très beau carnet de commandes (8,5 Mrd EUR de commandes en un trimestre), le ralentissement de la croissance en 2023 sera rapidement rattrapé. ASML ne peut produire que 55 de ses dernières machines EUV par an. Avec un poids de 180 tonnes et un coût de 160 Mio. USD l’unité, il est logique que la production de ces machines atteigne ses limites. D’ici 2025, le taux de production devrait passer à 90 unités.

ASML reste très chère en termes de valorisation, mais sa position unique sur le marché et sa solide croissance à long terme le justifient en partie. Nous restons acheteurs, mais nous placerions des limites d’environ 10% en dessous du cours actuel. 

ASM International est présent dans une phase plus précoce dans le processus de production des puces, en développant des machines qui superposent les wafers de silicium, après quoi le processus de lithographie peut commencer. La grande différence avec ASML est que ASMI est confronté à de la concurrence. Avec une part de marché de 55%, le groupe est certes le leader des machines ALD, qui sont importantes pour la production de puces de plus en plus petites. Le marché des ventes va doubler dans les années à venir. Cela se traduit d’ailleurs par un carnet de commandes élévé à la fin du mois de juin. Le groupe a reçu des commandes pour un montant de 943 Mio EUR en un trimestre, ce qui porte les ventes potentielles pour 2023-24 à 2,9 Mrd EUR. Un objectif que la direction d’ASMI n’avait fixé que pour 2025.

Le cours d’ASMI a entamé un rebond après la publication des résultats semestriels. Pour l’instant, nous maintenons notre recommandation à ‘conserver’.

©REUTERS

Besi intervient à la toute fin du processus de production, lors de l’emballage des puces. L’entreprise néerlandaise a une belle position technologique, mais sur un marché très concurrentiel. Les nouvelles machines de Besi sont temporairement moins populaires auprès des clients. Malgré un deuxième trimestre satisfaisant, les commandes ont connu une forte baisse de 24% en glissement annuel. 2022 sera donc une moins bonne année, peut-être le résultat du malaise chez son client Intel. Les investissements dans de nouvelles machines devraient reprendre dans le courant de l’année 2023 (nouvelles usines).

En raison de la forte concurrence sur le marché, Besi connaît une évolution bien plus erratique (-30% depuis janvier). Si l’action retombe vers 40-45 EUR, nous relèverons notre recommandation à ‘acheter/accumuler’