Akamai Technologies

C+2
Conseil
C+
Conserver & (r)acheter sur repli
Degré de risques
2
Risque moyen
CD
INV 4x4 Pilier Croissance Durable

Agenda et catalyseurs de cours

Informations complémentaires
Terme Valeur
18/05/2022 Journée des investisseurs

Points d'attention

Avertissement pour 2022. La forte croissance, e.a., dans la cybersécurité (+25%) ne suffit pas à compenser le malaise dans l'e-commerce.

Données d'entreprise

Informations complémentaires
Terme Valeur
Secteur Internet
Site web http://www.akamai.com
Activité
Prestataire de services pour le secteur internet. Offre des solutions pour rendre l'internet plus performant

Chiffres financiers clés

Informations complémentaires
Terme Valeur
Chiffre d'affaires 3,70 Mrd $
Bénéfice p.a. 5,25 $
Valeur comptable p.a. 24,94 $

Dernière mise à jour

Technologie à Wall Street

La saison des résultats à Wall Street est presque derrière nous. Nos principales remarques et discussions sur certains résultats des sociétés technologiques.

À Wall Street, l’année 2022 est dominée par l’inflation, la hausse des taux, les problèmes logistiques et les pénuries de composants. En raison du marché du travail tendu aux États-Unis, les travailleurs américains exigent aussi des salaires plus élevés. Pour les sociétés américaines, il y a en plus le dollar qui s’est déjà apprécié de 8% par rapport à l’euro cette année et affaiblit la position concurrentielle. Tous ces éléments pèsent sur les marges bénéficiaires. Environ un cinquième des entreprises du S&P500 ayant déjà publié des chiffres trimestriels n’ont pas pu atteindre le consensus des analystes. À la même période l’an dernier, ce n’était que 13%. Dans le secteur technologique, le nombre d’échec était limité. Il s’agit plutôt des prévisions pour les prochains trimestres, qui ne sont pas changées pour des raisons de sécurité.

Politique de taux

Powell Powell est à la tête d’une banque centrale américaine qui réalise son plus sévère resserrement monétaire depuis 2000. Plusieurs relèvements de taux (même de 50 points de base) doivent freiner l’inflation. La robustesse de l’économie américaine est un coup de pouce et apaise les marchés financiers. Mais de moins en moins d’argent sera disponible ‘gratuitement’. L’énorme bilan de la FED sera réduit de 95 mia. USD chaque mois.

Impact sur les bourses

©AFP

Après le pire début d’année depuis 1939 à Wall Street, les investisseurs ne semblent pas rassurés par Powell pour l’instant. Les craintes de stagflation (forte inflation, faible croissance économique) mettent la pression sur le secteur technologique. Toutefois, une récession (= deux trimestres consécutifs de contraction économique) n’est pas prévue. La contraction inattendue de l’économie américaine au 1er trimestre n’a pas rendu le marché nerveux. En effet, la consommation est restée stable. Le Nasdaq a déjà chuté de 18% cette année, ce qui signifie que les valorisations sur la bourse technologique américaine ne sont plus stratosphériquement élevées. De plus, les actions FANG ont relativement mieux résisté. Avec un C/B attendu de 24 et 17 respectivement, le Nasdaq et le S&P500 ne sont pas encore bon marché. En outre, plusieurs poids lourds seront encore confrontés à des trimestres difficiles, d’autant que le dollar plus fort jouera un rôle plus important dans les résultats à partir du deuxième trimestre..

► Des budgets IT bien rempli

Les entreprises investissent encore massivement dans les processus IT et les logiciels. Par conséquent, l’IT continuera de croître de 4 à 5% plus rapidement que l’économie mondiale. Le cloud est la clé de la croissance. Les excellents chiffres trimestriels de Microsoft l’ont montré. Le groupe a vu son chiffre d’affaires augmenter de 18%. Le pôle cloud (+32%) assure déjà un chiffre d’affaires annuel de 100 mia. USD pour le groupe de logiciels. Alphabet a vu son C.A. augmenter. Google Cloud grimpe même de 44%, mais le groupe est à la traîne avec à peine un quart des revenus cloud de Microsoft. Chez IBM aussi, le changement de stratégie, s’éloignant des services à croissance lente vers le cloud et les logiciels, semble porter ses fruits. Le C.A. a augmenté de 11% à taux de change stables, un niveau de croissance que nous n’avions plus vu chez IBM depuis longtemps. IBM croît moins vite, mais est beaucoup moins cher que Microsoft. Nous sommes toujours acheteurs pour IBM, de préférence sur faiblesse du cours.

► l’E-commerce, les jeux et le streaming: de la ‘dead money’?

La pandémie est clairement derrière nous et cela se voit dans les sociétés de streaming ou de e-commerce. Les résultats d’Amazon.com n’étaient bons que dans le pôle cloud (croissance du C.A. de 37%). Le e-commerce et surtout les magasins physiques ont déçu. La direction fait référence à la surcapacité (entrepôts, acteurs) comme faisant partie du problème. Malgré de bons résultats, eBay a également donné de faibles perspectives la semaine dernière. C’est plus ou moins la même histoire dans le secteur des jeux, bien qu’il y ait ici clairement une consolidation en vue. Warren Buffett a augmenté sa participation dans Activision Blizzard, car il pense que Microsoft pourra offrir les 95 USD p.a. en cash. Chez Ubisoft, la famille fondatrice pourrait s’associer à des acteurs de private-equity.

Le nombre d’abonnés payants a baissé de manière inattendue chez le géant du streaming Netflix. Un coup dur qui a pesé sur le sentiment de tout le secteur. Un aperçu de l’autre acteur majeur du streaming et de la télévision, Walt Disney, est prévu cette semaine. Le malaise de ces deux secteurs n’est pas sans conséquences pour des fournisseurs tels que la fintech Paypal (voir aussi p. 4) et le fournisseur de services Internet Akamai. Près de la moitié du C.A. d’Akamai vient de la cybersécurité via les serveurs, mais l’autre moitié vient de sociétés Internet (chinoises), du e-commerce et du streaming. Le groupe a abaissé ses attentes pour 2022. Des trimestres difficiles sont encore à venir, il n’y a donc pas d’urgence à prendre une position. Seulement pour Activision Blizzard, vous pouvez spéculer sur la grande différence entre le prix d’OPA et le cours actuel. Netflix est de retour au niveau d’il y a cinq ans. De nouvelles opportunités d’achat se présentent.

► moins de publicités en ligne

Le fait qu’en raison des modifications des règles de confidentialité de l’iOS d’Apple et bientôt de l’Android de Google, les annonceurs ne sachent plus à qui s’adressent leurs publicités, pèse sur le modèle de revenus. De plus, les sociétés ont réduit leurs dépenses publicitaires pour préserver leurs marges. Les groupes de médias sociaux tels que Twitter et Snap ont beaucoup souffert. Chez Alphabet, Youtube e.a. n’a pas bien performé. Meta Platforms n’a pas fait exception après quelques trimestres plus faibles. La promesse que le groupe réduirait ses investissements dans toutes sortes d’activités périphériques a donné aux investisseurs l’espoir qu’il y aurait encore plus de bénéfice au final. Meta est à conserver fermement.

►Pénurie de composantst

Les entreprises qui dépendent davantage du hardware, comme Apple, s’en sortent raisonnablement bien dans la difficile chaîne d’approvisionnement pour le moment. Le dernier trimestre était encore assez bon avec des ventes d’iPhone plus élevées que prévu, mais les attentes pour le trimestre en cours étaient sombres. Le C.A. sera réduit de 4 à 8 mia. USD en raison des pénuries de puces et des problèmes de production en Chine. Apple veut offrir de plus en plus de services à sa large clientèle. Le groupe estime également que tous les problèmes seront résolus d’ici l’automne. Apple est à conserver fermement.

► Les sociétés de puces performent

Bien qu’Intel ait exprimé ses craintes d’un impact négatif du ralentissement sur les ventes de PC, AMD a continué à gagner du terrain. Le fabricant de puces gagne des parts de marché importantes avec ses dernières puces, plus petites, et pourra augmenter son C.A. de 60% cette année. AMD est surtout performant sur les modèles de PC les plus chers et sur le marché des serveurs. La valorisation (C/B attendu de 21) est désormais nettement inférieure à celle d’il y a un an. Intel reste sur le déclin, mais deviendra un ‘nouveau Taiwan Semiconductor’ de l’Ouest d’ici 2026. Intel est certainement à conserver aux bas cours actuels. Nous avons relevé le conseil d’AMD à (r)acheter sur faiblesse de cours

Le thème 5G joue aussi un rôle dans le secteur des puces. Chez Qualcomm, il n’y a aucune raison de croire que la croissance va ralentir. Au contraire, la diversification vers l’IoT (Internet des Objets), les fabricants locaux de smartphones chinois et le secteur automobile a généré une croissance de 40% du C.A. Avec un C/B attendu de seulement 13, Qualcomm est digne d’achat sur léger repli du cours (< 140 USD).

Agenda et catalyseurs de cours

Informations complémentaires
Terme Valeur
18/05/2022 Journée des investisseurs

Points d'attention

Avertissement pour 2022. La forte croissance, e.a., dans la cybersécurité (+25%) ne suffit pas à compenser le malaise dans l'e-commerce.

Données d'entreprise

Informations complémentaires
Terme Valeur
Secteur Internet
Site web http://www.akamai.com
Activité
Prestataire de services pour le secteur internet. Offre des solutions pour rendre l'internet plus performant

Chiffres financiers clés

Informations complémentaires
Terme Valeur
Chiffre d'affaires 3,70 Mrd $
Bénéfice p.a. 5,25 $
Valeur comptable p.a. 24,94 $